Les Katas du Shotokan

Les katas sont des formes conventionnelles du combat en karaté. En effet, un kata comporte plusieurs enchaînements de techniques qui ont été autrefois codifiés par les maîtres de karaté Okinawéens et Japonais.

Les katas Shotokan sont quant à eux, pour la plupart, issus de la codification de senseï Funakoshi, qui les a adaptés de l’Okinawa-té (ou Naha-té) au Shotokan avec les positions typiques telles que le Zenkustsu-dashi, Kokustsu-dashi, Kiba-dashi, … que l’on ne retrouve pas forcément dans les autres styles.

Ces katas dans le shotokan sont adaptés de part leur complexité technique à la progression de l’élève, voire celle du maître. Ils constituent d’ailleurs la première épreuve du passage de grades de la ceinture jaune jusque la cinquième Dan de Karaté.

Les Katas avancés

Ce groupe de katas est constitué des kata Tekki, Bassaï et Kanku

On raconte que les kata Tekki furent les préférés de senseï Gishin Funakoshi. Tekki était originellement un unique kata appelé Naihanchi qui se déroulait de façon rectiligne sur le côté, le tout en Kiba-dashi et senseï Funakoshi, dans un souci de compréhension sans doute, l’a divisé en trois parties.

Tekki shodan, Tekki nidan et Tekki sandan

Tekki shodan

Tekki shodan : « cavalier de fer ». Il y a sans doute un rapport avec le style de to-dé du nord de la Chine dans lequel on pratique des positions similaires à celles de ce kata. En effet, dans le kata tekki, la position des jambes appelée « posture du cavalier » revêt une très grande importance.
29 mouvements – kiai 15 et 29 – 50 secondes

Tekki nidan

 

Tekki nidan « cavalier de fer ». Il y a sans doute un rapport avec le style de to-dé du nord de la Chine dans lequel on pratique des positions similaires à celles de ce kata. En effet, dans le kata tekki, la position des jambes appelée « posture du cavalier » revêt une très grande importance.
24 mouvements – kiai 16 et 24 – 50 secondes

Tekki nidan

 

Tekki sandan « cavalier de fer ». Il y a sans doute un rapport avec le style de to-dé du nord de la Chine dans lequel on pratique des positions similaires à celles de ce kata. En effet, dans le kata tekki, la position des jambes appelée « posture du cavalier » revêt une très grande importance.
36 mouvements – kiai 16 et 36 – 50 secondes

Bassaï Daï (Bassaï « grande forme ») et Bassaï Sho (Bassaï « petite forme »)

Bassaï signifie en japonais transpercer la forteresse, et le bunkaï de ce kata illustre bien la dénomination de ce kata. En effet, originellement un seul kata Bassaï constituait le Naha-té, et le shotokan en a conservé deux formes, une grande et une petite.

Bassaï daï

 

Bassaï daï
Bassaï : bas (casser ou traverser), saï (la forteresse).Dai (grande forme).
42 mouvements – kiai 19 et 42 – 1 minute
« les mouvements de hanche particulièrement accentués de ce kata rappellent le mouvement du bélier contre le mur d’une forteresse ».
Les mouvements de hanche particulièrement accentués de ce kata rappellent le mouvement du bélier contre le mur d’une forteresse.C’est pourquoi bassai dai est souvent traduit par « détruire la forteresse » . Il aurait été introduit par maître OYADOMORI et provient du tomari-te ou shuri-te de maître Itosu.Ce kata se retrouve dans de nombreux styles de karate differents, mais ce n’est qu’au sein de l’école de Itosu que les deux formes bassaidai et bassai sho furent développées. »

Bassaï sho

 

Bassaï sho
bas (casser ou traverser), saï (la forteresse). Sho : petite forme.
27 mouvements – kiai 17 et 25 – 1 minute

Kanku Daï (Kanku « grande forme ») et Kanku Sho (Kanku « petite forme »)

En japonais, Kanku signifie regarder vers le ciel, à l’image du mouvement d’ouverture du kata. Tout comme Bassaï, dont les origines sont similaires, Kanku qui était autrefois un unique kata, est aujourd’hui divisé sous deux formes, une grande forme et une petite forme.

Kanku daï

 

Kanku sho

 

Kanku sho
kan (regard), ku (ciel). Concentration avant de libérer toute son énergie. sho (petite forme)
47 mouvements – kiai 28 et 47 – 1 minute

Cette rubrique n’a pas vocation à remplacer un professeur, loin de là, mais d’apporter simplement
une petite aide supplémentaire à tous ceux qui souhaitent continuer l’entrainement à la maison.

Un petit « aide-memoire » en quelque sorte quand à l’ordre du kata avec une visualisation
plus précise des différents mouvements, noms, et postures employés dans chaque kata.

Evidemment, on se concentre sur le ou les katas que l’on connait et que l’on a appris

Dernières nouvelles