Les Katas avancés – partie 2

Jion

Jion
« amour de boudha et reconnaissance », kata transmis par des moines. L’état spirituel qui était sans doute attaché à ce kata au départ ne transparaît plus au cours des mouvements.
47 mouvements – kiai 17 et 47 – 1 minute
« Jion est d’un côté une notion de bouddhisme, d’un autre côté il est aussi le nom d’un temple dans lequel les arts martiaux étaient pratiqués sans relâche. Le salut chinois au début et à la fin du kata rappelle également ce temple. Avec ses techniques et ses positions de bases on peut parler d’un kata typique du shôtokan. Jion est considéré comme un des kata les plus traditionnels et prend ses racines dans le tomri -te. »

Ji’in

Hangetsu

Hangetsu
– « demi-lune ». La caractéristique de ce kata est que, plusieurs fois, on pose les pieds, puis on les déplace avec une contraction particulière, en leur faisant effectuer un trajet demi-circulaire, semblable à une demi-lune.
41 mouvements – kiai 11 et 40 – 1 minute

Empi

Empi
« vol d’hirondelles », exprime la légèreté et la rapidité qui sont requises pour effectuer ce kata. Le nom n’exprime pas ici le sens du kata, mais un aspect superficiel de celui-ci.
37 mouvements – kiai 15 et 36 – 1 minute

Gankaku

Gankaku
« la grue sur le rocher ». Dans ce kata certaines positions évoquent cette image.
42 mouvements – kiai 28 et 42 – 1 minuteLa posture sur une jambe ( tsuru ashi dachi) rappelle celle d’une grue se préparant à sauter sur son assaillant. Ce kata vient du Tomari te.Il est intéressant de noter que le ichi ji gata enbusen, c’est à dire que le diagramme du kata suit la orme de japonais du chiffre un (1).
Les mouvements sur une même ligne devaient apprendre à combattre dans les ruelles étroites d’Okinawa. L’ancien nom du kata est chintô.

Jitte

Jitte
10 mains. Ce kata offre la possibilité de faire face à 10 adversaires.
24 mouvements – kiai 13 et 24 – 1 minute
« Le nom de ce kata trouve son origine dans le fait qu’il apprend à combattre contre dix adversaires. D’après une autre interprétation , son nom provient de l’arme jitte, car son utilisation peut parfaitement être intégrée dans le déroulement du kata. »
j’ajouterai que les mouvements de ce kata ressemble à la garde de l’arme « jite » et que les applications se révèlent efficace contre un baton tout comme est utilisée cette arme

Niju shi ho

Niju shi ho
vingt-quatre pas. La désignation du kata correspond au nombre de déplacements.
33 mouvements – kiai 18 et 32 – 1 minute
« les deux premiers mouvements de nijû shi ho, en particulier, se veulent représentatifs des vagues venat se briser contre les rochers et en font le kata shôtkan par excellence. Le terme shôtokan contient lui même le mouvement des vagues de la mugissante forêt de pins . l’ancien nom du kata était ni sei shi.

Chinte

Chinte
chin (secrète), te (Main). La main secrète.
33 mouvements – kiai 28 et 32 – 1 minute
chinte ou la « main rare ».
« Rare » doit être compris ici au sens d’exceptionnel. Dansce kata on rencontre beaucoup de mouvement circulaires et ondulatoire atypiques du style shôtokan, dont les techniques sont plutôt rectilignes. Chinte provient du shuri te.

Sochin

Sochin
sô (violence ou force), chin (calme). Certains passage de ce kata exigent violence ou force et calme en même temps.
40 mouvements – kiai 28 et 40 – 1 minute
« le nom de ce kata désigne également la position typique de ce kata, le sôchin dachi, qui signifie  » fermement enraciné dans le sol ». Au départ, ce kata devait apprendre à se défendre face à des attaques de bâton. Pour cette raison, les techniques de blocage sont exécutées avecune grande amplitude.Le premier nom de ce kata était hakko. »

Goju shi ho daï

Goju shi ho daï
Go ju shi ho : cinquante-quatre pas.Dai : grande forme
67 mouvements – kiai 59 et 66 – 1 minute 30″Ce kata est le plus élevé du style shurit te , de maître ITOSU, FUNAKOSHI GICHIN le surnommait hokatu ( coups de pic vert) à cause de laressemblance de certaines techniques avec les coups de bec que donne un pic vert contre un arbre »

Goju shiho sho

Goju shiho sho
Go ju shi ho : cinquante-quatre pas.sho : petite forme
65 mouvements – kiai 57 et 64 – 1 minute 30
« Le kata gojû shi ho sho appartient, tout comme la version dai, aux kata les plus avancés du shurite. »

Unsu

UnsuUnsu : un (nuage), su (espace). Combat au dessus du nuage ou mains dans les nuages.
48 mouvements – kiai 36 et 48 – 1 minute
« Le mouvement de départ ainsi que le relever aprés le mawashi geri éxécuté au sol, symbolisent les mains écartant les nuages. Unsu, avec techniques trés variées, est un des kata les plus avancés. C’est également un kata très jeune, car il apparaît pour la première fois en 1922. D’après les dictionnaires consultés, la prononciation correcte des deux caractères de unsu devraient être unshu. »

Wankan

Wankan
Wankan : Nom d’origine chinoise. La couronne du roi.
22 mouvements – kiai 22 – 40 secondes
 » Wankan est le kata le plus court du shôtôkan. Il provient du tomari te et ne comporte qu’un seul kiaï. »

Meikyo

Meikyo
« miroir clair »,
état de l’esprit pur qui reflète tout ce qu’il y a devant lui. Le nom évoque la condition de la conscience recherchée au cours du kata.
33 mouvements – kiai 25 et 33 – 1 minute
 » Les premiers mouvements de ce kata symbolisent le lissage de la surface, afin qu’elle devienne paisible et lisse comme un miroir.Des écrits secrets et spirituels ont été associés au sankaku tobi (saut en triangle) de la fin du kata. L’ancien nom de meikyo était rohai. »

Dernières nouvelles